Papa dessine-moi un poisson

La méduse est savoureuse, un peu collante sous la dent mais lorsqu’elle est bien cuite, cela ressemble étrangement à du machemallow salé.  Pour les enfants, dans le cadre de leur diversification alimentaire, il est important de leur faire découvrir autre chose que la viande.

Lorsqu’ils seront  plus grands, s’ils vous demandent pourquoi il n’y a à manger que des choses collantes et gluantes dans les océans, il faudra tout de même leur dire la vérité.

L1003336

La méthode pédagogique la plus appropriée pour l’explication reste, sans nul doute, celle d’une histoire. Comme toute histoire, il faudra commencer par « il était une fois, il y a longtemps, très longtemps, les hommes pêchaient des animaux avec des nageoires et des yeux qui s’appelaient des poissons. Avec leurs petits bateaux, ils prenaient uniquement ce dont ils avaient besoin pour nourrir leur famille. C’était suffisant pour tout le monde. Il y avait, en effet, un juste équilibre entre  leurs prises et la capacité des océans à se reconstituer. Malheureusement, plus tard, les hommes décidèrent de construire des navires capables de tout ratisser sous l’eau en pensant que les océans étant suffisamment vastes pour offrir indéfiniment du poisson.

Mais un jour, certains poissons, comme la morue, vinrent à se faire rares. Certaines personnes étudiant les poissons conseillèrent aux pêcheurs de laisser le temps à la nature de se repeupler.  Les hommes n’écoutèrent pas ces conseils et continuèrent à pêcher. Ils firent ainsi disparaitre la morue. Les pêcheurs s’arrêtèrent subitement,  pensant que la morue allait de nouveau réapparaitre. Mais les scientifiques avaient raison : le stock de morue ne s’est jamais reconstitué. Sans avoir retenu la leçon donnée par la Nature et pris dans un tourbillon frénétique, les pêcheurs se mirent à augmenter leurs prises car le poisson était désormais consommé cru sur toute la planète (cela s’appelait des sushis). Alors d’autres espèces commencèrent à disparaitre. Cette fois-ci, les scientifiques lancèrent des cris d’alarme mais ce fut, là aussi, sans succès. Sous la contrainte d’une partie de la population consciente du danger, les hommes politiques imposèrent des limites de pêche (ou quotas). Malheureusement, ces quotas ne furent pas respectés.

Afin d’épargner les océans, des fermes aquacoles virent le jour. Cependant, pour nourrir un kilo de poisson élevé dans une ferme, il fallait en pêcher 4 kilos dans les océans. Les pêcheurs continuèrent ainsi de plus belle. Pour cela, les navires ratissèrent le fond de tous  les océans. C’est ainsi qu’en 2050, il ne resta plus que des méduses. Voilà pourquoi, mon enfant, aujourd’hui tu as ce marshmallow salé dans ton assiette. »

Un conseil tout de même avant de lire cette histoire : si votre enfant vous demande « Est-ce que tu as fait quelque chose pour protéger les poissons qui restaient dans l’océan », répondez-lui que vous n’étiez pas au courant.

L1001793